Vous voulez maximiser l’efficacité et la collaboration ? Voici la taille que devrait avoir votre groupe

Braindate de groupe lors d'événements

Les braindates de groupe permettent d’obtenir de multiples points de vue sur un même sujet – et il est préférable de les limiter à 5 participants. Gabriel, producteur de Braindate, partage les recherches qui sous-tendent cette meilleure pratique.


Lorsque nous présentons la plateforme Braindate à des utilisateurs et clients novices, on nous demande souvent :

« Pourquoi recommandez-vous un total maximum de cinq participants,
y compris l’hôte, pour les braindates de groupe ? »

Pour le contexte : Lorsque vous utilisez la plateforme Braindate, vous pouvez participer à une braindate individuel ou à une braindate de groupe. Les braindates de groupe peuvent accueillir jusqu’à cinq personnes. Ce n’est pas un hasard ; il s’agit en fait d’une bonne pratique de longue date que nous appliquons aussi bien pour les événements en personne que pour les événements virtuels.

Alors, pourquoi cinq ? Pour mieux comprendre cette raison, il est important de souligner notre mission à e180 :

Libérer la grandeur humaine en aidant les gens à se rencontrer et à apprendre les uns des autres.

Nous croyons qu’une bonne conversation peut changer une vie ; qu’en s’ouvrant les uns aux autres, en se soutenant mutuellement, nous pouvons débloquer des couches individuelles et collectives de grandeur qui sont autrement négligées ou gardées à l’intérieur. Nous voulons maximiser les chances que vous ayez cette conversation qui changera votre vie. Sinon, pour que vous quittiez au moins la discussion en vous sentant inspiré pour faire passer vos idées au niveau supérieur.

Voici les facteurs que nous avons pris en considération lors de l’établissement d’une recommandation de taille de groupe afin de produire des résultats significatifs pour les braindaters :

  • Temps alloué à la conversation
  • Diversité et cohésion
  • Coordination et gestion
  • Participation, motivation et apprentissage

Nos recommandations se fondent à la fois sur la recherche et sur des années d’expérience directe dans l’animation de conversations riches en valeur. Avant de nous plonger dans le vif du sujet, je tiens à préciser que les directives suivantes s’appliquent au format braindate, mais peuvent également s’appliquer à tout type de discussion de groupe.

« Nous voulons maximiser les chances que vous ayez cette conversation qui change la vie. Si ce n’est pas le cas, que vous quittiez au moins la discussion en vous sentant inspiré pour faire passer vos idées au niveau supérieur. »

Temps alloué à la conversation

Temps alloué à la conversation

Parce que les braindates ne sont pas des présentations – ils sont une opportunité collective de partager des connaissances – chaque participant a besoin de temps pour partager ses propres perspectives et opinions afin de passer le meilleur moment ensemble. Voici comment le facteur temps alloué à la conversation a influencé notre calcul du nombre idéal de participants.

Bien qu’ils ne soient pas figés, les braindates de groupe sont organisées pour durer 45 à 55 minutes. Dans la plupart des cas, il faut environ 10 à 15 minutes pour que les participants se présentent et que le créateur du sujet présente le thème de discussion. Plus le nombre de participants est élevé, plus le temps consacré aux présentations est important et plus le temps dont dispose chaque participant pour contribuer à la conversation est réduit.

Cela signifie qu’après les présentations, une braindate de groupe de cinq participants laisse cinq à dix minutes de temps, en moyenne, par personne, pour exprimer des opinions, poser des questions et partager leurs expériences et leurs connaissances. Lorsqu’un sujet est passionnant et qu’un participant est engagé, les cinq à dix minutes passent très vite. Contrairement à certaines solutions de réseautage transactionnel, les participants à Braindate sont autonomes puisqu’ils choisissent les sujets à explorer en fonction de leur pertinence et de leur intérêt – l’engagement est donc généralement très élevé.

Pour garantir un temps suffisant pour les présentations et les échanges significatifs, cinq est un maximum idéal.

Diversité et cohésion

5 personnes échangeant des idées lors d'un braindate de groupe lors d'un événement

Une conversation engageante a besoin de trois choses pour vraiment décoller :

  • Un intérêt partagé pour le sujet
  • Une diversité suffisante de perspectives et d’opinions pour générer un potentiel de désaccord constructif et de génération d’idées.
  • La capacité et l’énergie nécessaires pour traiter et intégrer les différents points de vue, les évaluer et en tirer parti. Cela nécessite du temps et de l' »espace », à la fois pour réfléchir et pour participer.

Lorsqu’il y a deux ou trois membres dans un groupe, le contexte peut sembler trop intime pour certains et inhiber leur capacité à s’exprimer pleinement. Cela peut être vrai même si les membres partagent un intérêt commun.

Pour les groupes plus importants, les risques de friction sont plus élevés si certains participants monopolisent le temps. De plus, les gens ont tendance à former de petits groupes et à se rallier à une position spécifique au détriment de la diversité d’opinions, ce qui peut créer une dynamique plus combative. Plus la taille du groupe augmente, plus les membres ont tendance à trouver des alliés et à prendre parti. Cela les empêche de se concentrer sur le flux de la conversation.

Ne croyez pas que cela signifie que les participants doivent avoir les mêmes points de vue et valeurs ou que le groupe doit être homogène. Il s’agit plutôt du fait que, dans les grands groupes, le processus de passage en revue de trop nombreuses perspectives rend plus difficile de rester concentré sur une seule idée.

Coordination et gestion

Femme plaçant des notes autocollantes sur un mur lors d'une réunion d'affaires

Les braindates sont rarement constituées de participants qui se connaissent déjà. Bien que chaque braindate de groupe ait un hôte – la personne qui a publié le sujet – nous insistons toujours sur le fait que les braindates ne sont pas des présentations : ce sont des discussions interactives et participatives entre des personnes qui partagent un intérêt. Nous suggérons donc que l’hôte modère, plutôt que de diriger ou de dominer la conversation.

Tom Rogers, éducateur et fondateur d’Intuitor, considère que le nombre d' »interactions sociales » est un facteur déterminant pour une collaboration réussie.

Par exemple, chaque fois que quelqu’un fait une déclaration ou partage une pensée, un certain nombre d’interactions sociales possibles se révèlent, en fonction du nombre de personnes qui peuvent suivre la déclaration avec leurs propres réflexions. Plus le nombre de participants est élevé, plus le nombre d’interactions sociales possibles est important – et plus il peut être difficile de mener la conversation à une conclusion satisfaisante.

L’étude de Rogers s’est concentrée sur les processus de prise de décision et a conclu qu’un groupe de cinq personnes est optimal pour qu’une décision unanime résulte des efforts d’un groupe. Si les braindates ne portent pas nécessairement sur la prise de décision, le consensus est souvent recherché lors de conversations sur des sujets spécifiques.

Enfin, malgré la présence d’un créateur de sujet et d’un  » hôte « , les braindates ne sont pas de nature hiérarchique : il s’agit de conversations collaboratives où la coordination se fait souvent naturellement entre les participants. Plus le nombre de participants est élevé, plus le niveau de difficulté à gérer une discussion pertinente est élevé pour les personnes impliquées.

Participation, motivation et apprentissage

Participation, motivation et apprentissage

L’un des atouts des conversations de groupe virtuelles et en personne est qu’il s’agit d’une forme active d’engagement : lorsque le contenu est pertinent et significatif, il s’agit également d’une forme active d’apprentissage.

La direction que prendra une braindate reste imprévisible ; il n’y a pas de modèle linéaire, mais une série d’interactions sociales rebondissantes qui produisent naturellement un flux sans ordre du jour. Ils sont multidimensionnels et le cerveau adore ça.

Judith E. Glaser, consultante, coach de dirigeants et auteur d’ouvrages sur le monde des affaires, et Nicklas Balboa, chercheur et chef de projet pour le Creating WE Institute, ont écrit :

Lorsque nous communiquons, notre cerveau déclenche un cocktail neurochimique qui nous fait nous sentir bien ou mal, et nous traduisons cette expérience intérieure en mots, phrases et histoires. Les conversations « feel good » déclenchent des niveaux plus élevés de dopamine, d’ocytocine, d’endorphines et d’autres substances biochimiques qui nous donnent un sentiment de bien-être. »

La plupart du temps, les braindates sont un espace où se déroulent des conversations « agréables ». La présence d’un sujet de discussion central permet aux participants de ne pas se sentir gênés de rencontrer quelqu’un de nouveau et d’essayer de trouver quelque chose en commun. Le fait qu’elles soient centrées sur un intérêt commun augmente les chances qu’une conversation transformationnelle ait lieu, et c’est très puissant.

Glaser et Balboa décrivent les conversations transformationnelles comme suit :

« Les conversations transformationnelles, également appelées conversations de cocréation, incluent des dynamiques d’interaction telles que le partage et la découverte. Cela signifie poser des questions pour lesquelles vous n’avez pas de réponses, écouter le collectif, découvrir et partager des idées et de la sagesse. Cette façon générative de communiquer conduit à des idées plus innovantes et à une écoute plus profonde pour se connecter aux perspectives des autres. »

La magie de cinq

Cinq participants ayant une conversation significative lors d'un braindate de groupe lors d'un événement

Cinq participants, c’est le juste équilibre pour permettre une conversation intime mais confortable entre adultes qui ne se connaissent pas. Cela permet d’avoir une diversité d’opinions nécessaire pour que la conversation reste intéressante, et de créer une dynamique qui favorise la cohésion.

Avec cinq participants, chaque personne a suffisamment de temps pour apporter une contribution significative et répondre aux autres. Par conséquent, ces participants ont plus de chances de maintenir les relations de leur braindate. Comme me l’a dit un client d’une grande multinationale qui utilise Braindate pour un public interne :

« Une fois que vous entrez dans votre braindate, la magie opère et les gens en redemandent. Ils veulent rester en contact, ils prennent des mesures pour se connecter et rechercher des occasions d’avoir ces conversations régulièrement. »

Vous pourriez aussi aimer lire…